jeudi 7 décembre 2017


Découvrez Carthage en parcourant ses vestiges et ses fouilles archéologiques aux côtés de Pierre Lacourt ! 




Ce post de fin d'année nous plonge dans le quatorzième chapitre, lequel voit la conversation de Pierre et de Madeleine à Alger (voir post/chapitre précédent) se poursuivre. Ils y abordent alors la rencontre de Pierre avec deux éminents archéologues à Carthage : le docteur Carton et le père Delattre. Une rencontre qui offre à Pierre de belles perspectives dans le cadre de ses ambitions archéologiques, d'où le titre de ce chapitre : "Les Promesses de Carthage". L'occasion pour nous de parcourir ce site fabuleux et de mieux connaître les deux archéologues qui y ont fait les principales découvertes... 


C'est à la demande de Madeleine que Pierre fournit de nombreux détails sur les circonstances de sa rencontre avec ces deux archéologues et sur la teneur de ses échanges avec eux. Il lui raconte ainsi qu'il a rencontré le docteur Carton dès le lendemain soir de son arrivée à l'hôpital-dépôt de Salammbô. Carton en est le médecin-major et fondateur. 
L'ancien palais de Carthage, résidence du Bey, devenu palais Beït El Hikma
et qui abritait l'hôpital dépôt de Salammbô durant la Première Guerre Mondiale (Nachoua.com)

Ce soir-là, en faisant une tournée de ses patients, celui-ci remarque que Pierre avait noté dans son carnet des inscriptions en grec. Cela ne manque pas de l'étonner et une discussion s'engage ainsi entre eux. Pierre lui révèle la découverte qu'il a faite aux Dardanelles, et lui précise qu'il essaye de déchiffrer la plaquette en plomb qu'il en a ramenée. Intéressé, le médecin lui annonce qu'il est archéologue et souhaite voir cette plaque qu'il pense antique. Pierre lui indique qu'elle est plutôt médiévale, car elle était entourée d'objets byzantins. Carton inspecte l'objet et estime en effet que c'est tout à fait plausible. Le trouvant plutôt bien informé, Carton lui demande ce qu'il fait dans le civil et Pierre lui répond qu'il est étudiant en droit du côté d'Alger mais qu'il rêve de devenir archéologue. Carton comprend bien-sûr cette passion, lui qui fait effectuer des fouilles depuis vingt-cinq ans en Tunisie. 

Il propose alors à Pierre de montrer cette plaquette à quelqu'un de plus habitué que lui aux écrits grecs de l'époque byzantine. Il pense plus particulièrement au père Delattre qui mène, lui, des fouilles à Carthage depuis quarante ans. Il donne rendez-vous à Pierre pour le lendemain, en fin de matinée, afin d'aller ensemble rendre visite à ce religieux.

Le médecin-major vient donc trouver Pierre dans sa chambre le lendemain matin après ses consultations et l'invite à le suivre. Il le convie d'abord sur le chantier de fouilles que lui-même mène non loin de l'hôpital, sur le port punique de Carthage situé dans une petite anse nantie d'un îlot où était stationnée la flotte Carthaginoise dans l'Antiquité. Pierre s'attendait à un site plus grand, mais le médecin-archéologue lui apprend que le port pouvait pourtant accueillir probablement plus de 200 embarcations. Pierre est admiratif et le médecin lui présente l'équipe avec laquelle il travaille. Le jeune homme rêverait d'en faire partie et d'être entouré de gens comme eux.


Vue aérienne de Carthage et de Salammbô, en 2010, avec les anses des ports puniques militaire et commercial
(Wikimedia Commons - T A / Pradigue)
Salle punique du Musée Lavigerie, carte postale du début du XXe siècle
(Wikimedia Commons)


Puis Carton finit par l'inviter à aller retrouver le père Delattre. Les deux hommes prennent ainsi la direction de la colline de Byrsa qui domine le site de Carthage et sur laquelle on trouve une cathédrale, une chapelle, un séminaire et un musée. Chemin faisant, ils discutent de ce père Delattre et Pierre apprend ainsi que cette ecclésiastique mène des fouilles sur le site de Carthage depuis de très nombreuses années et qu'il a fondé le musée Lavigerie près de la cathédrale. Ce musée porte le nom du cardinal qui avait missionné Delattre pour mener ces fouilles, et il est deviendra après l'indépendance le Musée National de Carthage. 

Pierre est époustouflé et est ravi d'avoir l'occasion de rencontrer un personnage avec une expérience aussi riche. Et malgré ses soixante-cinq ans, Delattre développe toujours une énergie incroyable dans ses fouilles lui précise Carton. Pierre lui demande si Delattre est surtout spécialisé dans la période punique et le médecin lui répond qu'il s'intéresse plutôt à l'Antiquité tardive et aux monuments paléochrétiens. Il devrait donc être assez à l'aise pour déchiffrer la plaque de grec de Pierre. Le médecin lui demande ensuite si les propres investigations de Pierre l'ont conduit à émettre une hypothèse sur le sens de cette plaquette. Pierre lui révèle alors qu'il suspecte qu'il s'agisse d'une plaquette de malédiction. Le médecin est sceptique car l'usage de tablettes de défixion remonte à l'Antiquité et il doute qu'à l'époque médiévale une telle pratique ait pu se perpétuer, bien que la sorcellerie était fréquente chez les Byzantins. Il demande alors à revoir la plaque et, pendant qu'il la consulte, Pierre lui fait remarquer une formulation qui fait référence à la magie et pourtant tout laisse croire que cette plaque est bien médiévale et non pas antique.
Le père Alfred Louis Delattre devant la chapelle Saint Louis de Carthage,
carte postale du début du XXe siècle
(Wikimedia Commons - Carte postale ancienne / Bertrand Bouret / Profburp)

En atteignant le haut de la colline, Carton raconte à Lacourt brièvement l'histoire des lieux. Il lui précise ainsi que cette colline a été offerte à la France sous Charles X, en 1830, par le bey de Tunis afin que puisse y être établi un espace dédié à Saint Louis, puisque c'est ici qu'une partie du corps de Louis IX a été enterré après sa mort en 1270 dans la région. Le souverain avait été emporté par la maladie durant le siège de Tunis lors des Croisades. Et c'est sous Louis Philippe qu'une première chapelle fut édifiée pour honorer son culte à Carthage. Pierre remarque qu'en cette période de guerre elle est très fréquentée par des civils venus se recueillir pour leurs morts ou pour la protection d'un proche au front. Quant à la cathédrale, il lui explique qu'elle est plus récente puisqu'elle n'a que vingt-cinq ans et qu'elle a été financée par des donateurs privés, essentiellement par des descendants de Croisés ayant participé au côté de Saint Louis au siège de Tunis. 

Aujourd'hui, la petite chapelle n'existe plus, elle a été rasée avant même la fin du protectorat, et la cathédrale est devenue, en 1993, un centre culturel baptisé "Acropolium".
Façade principale de la cathédrale Saint Louis de Carthage, en 2013,
avec entrée de l'Acropolium sur la droite
(Wikimedia Commons - Cambodia4kids.org / Beth Kanter)

Passant devant la cathédrale de style byzantino-mauresque et la statue de Saint Louis, ils se dirigent ensuite du côté du séminaire des pères blancs et du musée, car c'est là que Carton pense trouver Delattre. Malheureusement, on lui apprend que ce dernier est déjà sur un chantier de fouilles, du côté de la basilique Saint Cyprien au nord du site de Carthage. Les deux hommes sont quittes pour marcher une bonne vingtaine de minutes supplémentaires et redescendent donc de la colline.     
Villa "Stella" du docteur Carton à Kheireddine, carte postale du début du XXe siècle
(Wikimedia Commons - Profburp)

Pendant ce trajet, Pierre demande au médecin quelques détails sur son propre parcours, sur ce qui l'avait amené lui-même à s'orienter vers l'archéologie. Carton lui répond que c'est la passion qui le porte depuis tant d'années et que c'est cette même passion qui doit porter Pierre lui-même. Il estime que Pierre doit sûrement le comprendre et que ça ne s'explique pas. Il y est arrivé par la médecine et Delattre y est parvenu par la religion, il est donc convaincu que Pierre y débouchera par le droit, si celui-ci a la passion nécessaire. Cela rassure bien évidemment Pierre, et le médecin, en lui parlant de cette passion, lui raconte qu'elle reste dévorante et qu'il demeure un collectionneur incorrigible. Il lui décrit d'ailleurs sa villa à Kheireddine, tout près de Carthage, laquelle est entièrement décorée de vestiges antiques, de fragments de colonnes ou de chapiteaux, d'amphores ou de statuettes. Ce qui ne manque pas de faire rêver Pierre à une telle maison où il vivrait plus tard avec Madeleine.  

Puis, en lui décrivant son parcours, Carton lui parle de ses anciens chantiers menés en Tunisie durant sa carrière. Ses premières recherches remontent à 1888, lorsqu'il était jeune officier. C'était à Dougga, dans l'Ouest tunisien. Puis, plus tard en 1902, son parcours le conduisit à Sousse où il devint chef de service au 4e RTT et où il oeuvra aux fouilles des catacombes de la ville. Il est aussi intervenu à Bulla Regia, autre site superbe en Tunisie.

En continuant leur chemin, leur discussion les amène à envisager de mettre Pierre en contact avec des relations dans le milieu archéologique en Algérie. Ceux de Carton notamment, mais Delattre ayant des liens privilégiés avec le musée archéologique d'Alger c'est aussi une bonne piste à exploiter. Mais ceci devra attendre la fin de la guerre lui précise Carton, ce qui refroidit un peu notre pauvre Pierre.
Vue du site de la basilique Saint Cyprien, à Carthage, en 2010
(Wikimedia Commons - Rais67)

Les deux hommes arrivent alors enfin sur le site de la basilique de Saint Cyprien où un groupe est affairé. Il s'agit de pères blancs et de manoeuvres tunisiens intervenant dans un périmètre qui correspond à la nef de l'ancienne basilique. Delattre, portant un burnous, y est agenouillé en train de fouiller le sol et se relève en apercevant les deux visiteurs. Carton et Delattre se saluent alors et échangent différentes nouvelles concernant l'hôpital-dépôt récemment ouvert par le médecin militaire et sur les fouilles menées par le religieux, jusqu'à ce que ce dernier ne remarque la présence de Pierre. Il voit que le jeune homme s'intéresse aux découvertes effectuées dans la basilique et celui-ci lui pose des questions pertinentes sur la datation du site et des objets qui y ont été trouvés. Le médecin fait alors les présentations et l'ecclésiastique se soucie de la blessure de Pierre.

Carton annonce ensuite à Delattre le but de leur visite et lui parle de la tablette de défixion. Il lui indique en quoi elle est singulière par son époque et lui explique que Pierre essaie de la déchiffrer depuis longtemps. Ce dernier a sollicité son aide, mais le médecin estime que lui, Delattre, serait plus qualifié et plus à l'aise pour le faire.

Le religieux est un peu embarrassé, car ce n'est ni vraiment le moment, ni vraiment l'endroit pour le faire. Mais les deux hommes le rassurent en lui précisant que rien ne presse et qu'il peut s'organiser comme il l'entend. Delattre indique alors qu'il la fera expertiser et déchiffrer par l'un des membres de son équipe. La tâche sans être aisée ne devrait pas être trop longue et il fera en sorte de lui transmettre les résultats avant que Pierre ne quitte l'hôpital. Ce qui ne devrait plus tarder aux dires du médecin. 

Ce dernier enchaîne alors en abordant avec le religieux la possibilité de voir ce qu'il pouvait faire pour aider Pierre à nouer des contacts en Algérie, notamment avec le musée archéologique d'Alger. Il lui parle de sa passion et de son envie de devenir archéologue là-bas. Delattre ne s'y oppose pas, Pierre lui inspirant confiance, et sera prêt à le faire une fois que la guerre sera terminée. Pierre est ravi et le remercie infiniment et lui remet son carnet sur lequel il a annoté les résultats de ses propres investigations, estimant que cela pouvait éventuellement aider le religieux. Ils quittent alors les lieux afin de laisser Delattre et son équipe reprendre son travail. 

En marchant en direction du sud et de l'hôpital, le médecin interroge Pierre sur ses futurs projets archéologiques. Le jeune homme évoque son envie de faire ses gammes en Algérie puis de rejoindre plus tard la Grèce. Carton lui suggère d'envisager des pistes peut-être un peu plus originales, l'Algérie et surtout la Grèce ayant déjà été fortement explorées. Il lui conseille le Maroc où il reste beaucoup à faire, ce pays n'étant sous protectorat français que depuis trois ans. Il évoque aussi d'autres pistes qui pourraient s'ouvrir après la guerre, en cas de victoire, avec l'accès aux territoires du Levant, comme le Liban ou la Syrie. Ces perspectives sont motivantes pour Pierre, il le reconnaît, mais il se décidera après avoir fait ses classes en Algérie. Carton l'exhorte alors à poursuivre son rêve et à ne rien lâcher.

C'est de cette manière, d'un ton exalté et enthousiaste, que Pierre présente donc à Madeleine sa rencontre avec ces deux éminents archéologues et il est certain que celle-ci sera déterminante pour son avenir dans l'archéologie. Et par extension pour leur avenir commun. Madeleine est radieuse et souhaite de tout son coeur que cela aboutisse. Dans l'immédiat, ils veulent passer du temps ensemble et entreprennent de quitter le square Bresson pour aller flâner et se balader dans la Casbah.    

Le chapitre se termine ensuite par la fin du séjour de Pierre en permission à Alger, qui voit celui-ci être convié au repas du Jour de l'An chez les parents de Madeleine.  En ce premier jour de 1916, le père de Madeleine obtient de Pierre la promesse d'épouser sa fille une fois la guerre terminée et ses études finalisées. L'avenir de Pierre, durant ce séjour, prend ainsi une tournure décisive, tant dans sa vie amoureuse que dans ses projets archéologiques.

C'est avec ces perspectives alléchantes et prometteuses que Pierre reprend le train pour Tunis pour retrouver sa vie de soldat. Le coeur est lourd, lors de la séparation, mais les deux amoureux se quittent confiants et pleins d'espoir pour l'avenir. La seule ombre qui pèse sur eux reste désormais la guerre.

A bientôt.

Olivier.
      

dimanche 3 septembre 2017



Vivez les retrouvailles de Pierre et de Madeleine dans l'Alger de 1915 ! 




Après l'interview de John Crowe, Président de "Gallipoli & Dardanelles International", au mois de juin, le blog reprend son cours en retrouvant le fil du tome 2. Plus précisément au niveau du treizième chapitre, lorsque Pierre et Madeleine se retrouvent enfin à Alger après avoir tenté en vain de le faire à Tunis. L'occasion pour nous de découvrir les lieux qu'ils fréquentent dans l'Alger de 1915... 

Quais et tramway à Alger vers 1900 avec la gare au fond à droite
(Wikimedia Commons -Institut Français d'Architecture)
Intitulé "Retrouvailles à Alger", ce chapitre assez court est consacré, comme son nom l'indique, uniquement aux retrouvailles des deux jeunes amoureux. Il débute le matin du 27 décembre 1915, lorsque Madeleine prend le train à Tunis pour Alger, où elle sait, depuis la veille au soir, que Pierre l'y attend. Jean-Baptiste, le mari de sa cousine Isabelle, l'accompagne à la gare mais elle fait le voyage seule, celui-ci étant encore retenu à Tunis. Le voyage lui prend toute la journée et c'est éreintée qu'elle arrive enfin à Alger, où elle finit par retrouver, folle de bonheur, son bien-aimé. Ces premières retrouvailles sont pourtant brèves, car elle s'aperçoit que ses parents sont eux-aussi à la gare et comprend alors, à sa grande surprise, que Pierre les connaît désormais. Ils doivent donc se séparer rapidement mais conviennent d'un rendez-vous le lendemain après-midi à la station de tramway du square Bresson, le lieu de leur rencontre deux ans plus tôt. 
Kiosque à musique du Square Bresson au début du XXe siècle (Algéroisement vôtre)

Ils s'y retrouvent sur les coups des 14 heures et cette fois leurs retrouvailles sont plus détendues et chaleureuses. Ils s'embrassent amoureusement et prennent place dans le square Bresson où la végétation et les palmiers leur offrent un cadre discret et plaisant. Isabelle accompagne Madeleine pour la chaperonner à la demande du père de celle-ci, mais complice de sa cousine, elle s'éclipse au moment de leur étreinte pour ne revenir que brièvement saluer Pierre et prendre de ses nouvelles et lui en donner des siennes ou de ses proches, avant de les laisser définitivement tranquilles. Une fois seuls, ils ont évidemment énormément de choses à se dire après avoir été séparés pendant près d'un an et demi.

Pierre lui raconte d'abord comment il avait été amené à apprendre le déplacement de Madeleine à Tunis et comment il avait fait la rencontre de ses parents... Il était arrivé le 26 en soirée à Alger, le jour même où Madeleine était partie pour Tunis. Leurs trains s'étaient croisés quelque part sur le trajet sans qu'ils le sachent... Dès le lendemain matin, Pierre s'était rendu de lui-même chez les parents de Madeleine qu'il ne connaissait pas encore, plutôt que de passer par l'intermédiaire habituel d'Isabelle. Il avait eu ce courage de se présenter à eux, ce qui ne manque pas de surprendre agréablement Madeleine. Il y avait d'abord rencontré la mère de Madeleine, le contact s'était très bien passé et elle l'avait convié à prendre un café, afin de faire plus longuement connaissance, puis à déjeuner pour qu'il ait l'occasion de rencontrer son mari. Le père de Madeleine rentre en effet à son domicile pour le repas et fait ainsi connaissance avec Pierre. Ce dernier fut intimidé, tandis que le père était assez froid avec lui, mais il parvint à lui faire malgré tout plutôt bonne impression en lui parlant de son parcours d'étudiant puis de soldat, de sa future carrière dans le droit et de la situation de sa famille. Il s'abstint en revanche de lui parler de ses projets dans l'archéologie qui pouvaient paraître plus farfelus aux yeux du père de Madeleine. Au terme de ce déjeuner assez prometteur, il fut convenu d'envoyer immédiatement un télégramme à Madeleine pour qu'elle revienne d'urgence à Alger. C'est ainsi que Pierre et les parents de Madeleine furent amenés à accueillir ensemble cette dernière à la gare, la veille au soir.
Port et gare d'Alger sur une carte postale de 1912, présentant une vue aérienne prise depuis un ballon
(Wikimedia Commons - Jean Geiser, Getty Research Institute)

Pierre est beaucoup moins disert sur sa vie de soldat en général, et au front en particulier. Il épargne ainsi à Madeleine les horreurs qu'il y avait vu et se contente d'évoquer vaguement sa blessure, son évacuation vers Tunis et sa longue hospitalisation là-bas, notamment à Carthage. Il lui parle aussi de sa nouvelle affectation, au 4e RZ, et de la permission immédiate qu'il y avait obtenu la veille de Noël. Pierre lui confie que sa toute première idée, une fois en permission, avait été de gagner Alger pour la retrouver. Ce qui touche Madeleine au coeur. Mais il n'avait trouvé de place dans un train que pour le 26, d'où leur chassé-croisé ce jour-là.

Madeleine pour sa part lui confie tout ce qu'elle avait ressenti et enduré durant tous ces mois de séparation, ses angoisses le concernant. Elle lui parle aussi de la joie qui l'envahissait lorsqu'elle recevait des lettres de lui, ou ses inquiétudes lorsqu'elle tardait à en recevoir. Elle lui parle aussi de son périple à Tunis pour le retrouver, tous le parcours en détail qu'elle avait réalisé là-bas sur sa piste pour finalement échouer. Enfin, elle était heureuse de voir que Pierre et ses parents semblaient partis pour s'entendre. L'avenir s'annonçait très prometteur.
Le père Alfred Louis Delattre (1850-1932)
dans sa jeunesse dans les années 1880
(Wikimedia Commons - White Fathers)

Au cours de leur discussion, Pierre évite en revanche de lui parler de sa découverte archéologique aux Dardanelles et notamment de la plaquette de malédiction qui continue à l'inquiéter et à l'intriguer depuis plusieurs mois. Mais à sa grande surprise, c'est Madeleine qui finit par aborder ce sujet ! Elle lui parle en effet de sa rencontre avec le Docteur Carton à Carthage. Stupéfait, il apprend ainsi que Madeleine sait déjà qu'il avait découvert une plaquette de plomb gravée d'inscriptions... Il est donc contraint d'en parler... Pierre lui explique alors le contexte de cette découverte fortuite faite lors de travaux de retranchement. Il lui décrit le caveau rempli de squelettes et d'objets byzantins, notamment les icônes puis cette tablette. Il lui apprend que seul un coffret contenant deux icônes avait pu être sauvé du bombardement et que celui-ci avait été remis à un officier. Cette plaquette était le seul souvenir qu'il avait pu emporter de cette découverte. Madeleine demande alors à la voir, mais il lui apprend qu'il ne l'a plus. Il l'a laissé à Carthage, afin qu'elle soit expertisée par un autre archéologue implanté là-bas, le père Delattre.

Pierre finit par avouer à Madeleine qu'il soupçonne cette plaquette d'être une tablette de défixion, autrement dit qu'elle est porteuse d'une malédiction. Cette information inquiète Madeleine, mais Pierre la rassure en lui indiquant que généralement ces plaques de malédiction visaient les occupants de la tombe, pas ceux qui la violent. Il la rassure surtout en lui faisant partager son enthousiasme d'avoir eu l'occasion de rencontrer le Docteur Carton et le père Delattre, deux sommités de l'archéologie en Tunisie. Il y voit un signe du destin et est certain qu'il pourra compter sur leur appui plus tard pour devenir à son tour archéologue. De belles perspectives s'ouvraient à lui, il fallait simplement que la guerre se termine enfin et qu'il finisse ses études. 

Madeleine est radieuse et demande à Pierre plus de détails sur sa rencontre avec ces archéologues et Pierre se fait un plaisir de le faire mais cela sera l'objet du prochain chapitre et d'un prochain post sur ce blog...

A bientôt.

Olivier.         

vendredi 9 juin 2017



"La France a fourni le deuxième plus grand contingent à Gallipoli et cela est rarement mentionné ou connu..."  




J'ai eu le plaisir de m'entretenir avec John Crowe, président de l'organisation "Gallipoli & Dardanelles International", qui était de passage en France le week-end dernier. L'occasion au cours de cette interview de parler de son association, de la trace laissée par la campagne des Dardanelles selon les pays dans leur mémoire collective ou dans leur paysage cinématographique. Il nous parlera également de ses motivations personnelles et de l'histoire de sa famille, dont Russel Crowe fait partie... ou pas...


-John, vous êtes le Président de la fondation “Gallipoli & Dardanelles International». Quelle est la vocation de cette association ?

Je suis le Président et fondateur de "Gallipoli & Dardanelles International". Nous l'avons lancé en septembre 2013, en Turquie, en coopération avec nos amis de l'association turque consacrée à Gallipoli et qui s'appelle "Gelibolu Dernegi". Nos buts et nos objectifs sont le Souvenir, l'Amitié et l'Education.

-Quel type d'actions sont menées et développées par votre association dans la poursuite de ces objectifs ? 

Nous utilisons les tragiques événements de 1915 en Turquie comme un moyen d'atteindre nos buts et nos objectifs. Nous participons au plus grand nombre possible de commémorations et envoyons nos couronnes aux autres cérémonies pour lesquelles nous sommes en contact mais où nous ne pouvons pas nous rendre. Nous nous rapprochons des autres pays impliqués et créons des contacts lorsque c'est possible.  Notre comité a parmi ses membres des représentants de Turquie, de France, de Nouvelle-Zélande, d'Australie et du Royaume-Uni.
         
-Dans certains pays comme l'Australie, la Turquie ou la Nouvelle-Zélande, l'expédition de Gallipoli a vraiment une dimension mythique. Mais en France ou au Royaume-Uni, cette campagne n'est pas bien connue et est moins présente dans les mémoires. Comment expliquez-vous cela ?

Pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, il s'agissait de leur première action militaire en tant que pays et, d'après ce que je comprends, ils le voient comme un "passage à l'âge adulte" bien qu'ils aient subi beaucoup plus de pertes sur le Front de France. Pour la Turquie, c'était une "victoire" contre la puissance des Empires britanniques et français. Mustafa Kemal Atatürk était colonel, puis plus tard général, lors de la campagne. Il deviendra plus tard leur premier Président lorsque la République sera formée en 1923. La Turquie a payé un lourd tribut en subissant des pertes proches du double  de celles des Alliés. Comparés à ces pays, le Royaume-Uni et la France ont l'un et l'autre une longue histoire de batailles et de campagnes derrière eux. Ils n'ont par ailleurs pas réussi dans leurs objectifs et ont dû se retirer.  Du point de vue britannique, cette campagne ne fut qu'une "attraction de fête foraine" comparée au Front de France. J'imagine qu'il en était probablement de même pour les Français.

Affiche lors de la sortie de la version française
-Le cinéma australien a produit des films importants autour de cette bataille. Je pense à "Gallipoli" de Peter Weir (1981) ou, plus récemment, à “La Promesse d'une Vie" de Russel Crowe (2014). Le cinéma turc également. Pensez-vous qu'il manque une fiction majeure, traitant des Dardanelles, dans le paysage cinématographique britannique ou français (ou dans leur paysage littéraire) pour rendre cette campagne plus présente dans les esprits ? 

La campagne de Gallipoli reste un épisode extrêmement important de l'histoire de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Elle fait partie de la mémoire collective et chacun la porte en lui du "berceau jusqu'à la tombe". Là où probablement chaque Australien et chaque Néo-Zélandais connaît cette campagne, ce n'est pas du tout la même chose au Royaume-Uni. Et c'est peut-être pareil en France. Il commence à y avoir des documentaires traitant de ce sujet, ça devient donc mieux connu. J'ai aimé "La Promesse d'une Vie" car il abordait plusieurs angles jamais traités jusque là comme l'invasion grecque après la guerre.          

-Pour ma part, ma contribution consiste à valoriser la participation française avec ma saga qui se déroule, pour la plus grande partie du second volume, dans les Dardanelles en 1915. Vous me disiez que cette implication, malgré son importance, était particulièrement inconnue et pas assez valorisée. Pensez vous que les institutions françaises ne soutiennent pas assez la mémoire de cet épisode de la Grande Guerre ? Qu'il est oublié parmi les autres batailles de la Première Guerre Mondiale ? Vous êtes régulièrement en contact avec “l'Association Nationale pour le Souvenir des Dardanelles et des Fronts d’Orient”, n'est-ce pas ?

Je pense que vous avez raison, c'est perdu parmi les autres batailles de la Première Guerre.  C'est complètement dans l'ombre du Front de France et du nombre énorme de pertes humaines que celui-ci a causé.

-A titre personnel, quelle est votre propre motivation dans cette quête du souvenir des Dardanelles ? Votre père était soldat à Gallipoli, c'est bien cela ?

Hommes du 1/5th Norfolk en tenue coloniale partant pour Gallipoli - (stevesmith44)
Oui, il avait 24 ans quand il est parti à Gallipoli avec le régiment du Norfolk. Il y a été blessé mais a survécu et est parti ensuite servir en Egypte, à Gaza et en Palestine jusqu'à la fin de la guerre. Je suis né 25 ans plus tard, quand il avait 49 ans. Bien que j'étais bien-sûr au courant qu'il avait servi là-bas, je n'avais aucune information détaillées jusqu'à ce qu'il y ait un documentaire à la télévision impliquant la compagnie de mon père surnommée les  "All the King's Men". J'avais alors plus de 60 ans et j'ai commencé à m'y intéresser. Au cours des années suivantes, j'ai lu beaucoup de livres et visité Gallipoli plusieurs fois.  Cela a fait naître en moi un profond désir d'essayer de créer quelque chose au niveau international. Vous avez raison, j'ai été membre de l'association française pendant quelques années et j'ai participé à leur assemblée générale.  Je suis également membre de deux associations françaises au Royaume-Uni. La France a fourni le deuxième plus grand contingent à Gallipoli  et c'est rarement mentionné ou connu.  Je ferai de mon mieux pour changer ça. Lorsque c'est possible, j'assiste aux commémorations françaises et dépose une couronne. Nous avons 24 membres français, certains au Royaume-Uni et d'autres en France. Je suis très actif sur facebook et j'espère que cela aide à atteindre nos buts et nos objectifs.

-Aujourd'hui nous nous rencontrons à Saint-Valéry en Caux, sur la côte normande. Vous venez ici chaque année en juin, je crois. En hommage à votre oncle qui a été fait prisonnier ici par les Allemands, avec sa division, le 51st Highland Division, en juin 1940, c'est bien cela ?

Oui, j'ai assisté pour la première fois à ces cérémonies en 2004, avec mon oncle qui était alors encore en vie.  Ce fut aussi la première et dernière fois qu'il revint ici. Je suis devenu ami avec Raphael Distante, l'organisateur de ces commémorations, et suis revenu pratiquement chaque année depuis.

-Une dernière question, John, avant de se quitter. Nous avons parlé de votre famille et de Russel Crowe, vous avez des liens de parentés avec lui ? Aucune ascendance ou ancêtre commun ;) ?

Je n'ai pas de réponse à cette question. C'est un nom assez rare au Royaume-Uni, il est donc possible qu'il y ait un lien mais je n'ai mené aucune recherche. Je suis Est-Anglien, du Norfolk, et un grand nombre de personnes originaires d'Est-Anglie sont partie en Australie. Donc, qui sait ?! 
J'espère que nous pourrons, vous et moi, faire en sorte que de plus en plus de gens connaissent les Dardanelles au Royaume-Uni, et surtout en France. J'aimerai obtenir le plus grand nombre possible de témoignages et de photos.
Une photo avant de se quitter...

Click on "Plus d'Infos" to read the english version of this interview

jeudi 9 mars 2017


Découvrez le Tunis de 1915 aux côtés de Madeleine, la fiancée de Pierre Lacourt !  




Pour ce premier post de l'année, nous retrouvons Madeleine, la jeune institutrice d'Alger, qui entreprend un voyage jusqu'à Tunis où son bien-aimé Pierre est en convalescence depuis plusieurs mois. Malgré tout son courage et son opiniâtreté, elle aura bien du mal à le retrouver. L'occasion pour nous de parcourir à ses côtés la ville de Tunis telle qu'elle était en 1915, en passant par Carthage, l'Ariana et le Bardo au gré des "tergiversations tunisoises" de Madeleine, titre de ce douzième chapitre...

C'est au lendemain de Noël que Madeleine prend le train à Alger, tôt le matin, pour Tunis. Elle a pris soin d'envoyer un télégramme à Pierre pour l'avertir de son arrivée. Elle est accompagnée de Jean-Baptiste, l'époux de sa cousine Isabelle, qui doit justement se rendre à Tunis et qui lui sert d'escorte et de chaperon. Le voyage dure toute la journée et leur fait traverser les magnifiques paysages de la Kabylie, du Constantinois et du Nord Tunisien. 
Gare de Tunis Nord en 1915 (Wikimedia Commons - Bertrand Bouret)

Bien qu'exténuée par ce long périple, Madeleine se rend dès son arrivée à l'Ecole Coloniale d'Agriculture, à l'Ariana, au nord de la ville, qui abrite l'hôpital bénévole N°1 bis où séjourne Pierre. Là, en se renseignant auprès d'infirmières, elle découvre, dépitée, que son bien-aimé a changé d'établissement une dizaine de jours plus tôt. Elle apprend qu'il a été transféré dans un dépôt de convalescents à Salammbô, un quartier de Carthage. Compte tenu de l'heure tardive, elle doit attendre le lendemain pour s'y rendre et se fait expliquer le chemin avant de rentrer à l'hôtel profondément déçue. Elle dîne à "la Maison Dorée", une brasserie réputée à proximité de son hôtel où l'attend Jean-Baptiste qui la console avec quelques paroles.  
TGM à quai en gare de Carthage au début du XXe siècle
(Wikimedia Commons - Bertrand Bouret)

Le lendemain dès l'aube, Madeleine file à la gare pour prendre le premier train en direction de La Marsa, sur la ligne TGM (Tunis-Goulette-Marsa) qui dessert Carthage. Sur le trajet, alors que le soleil se lève, elle traverse le lac de Tunis, lagune qui sépare Tunis de la côte. Descendue à la gare de Salammbô, elle traverse ce quartier enchanteur en direction du palais beylical, près du port antique de Carthage, où a été implanté l'hôpital-dépôt qui héberge Pierre. 

Dans le hall d'accueil, Madeleine tombe directement sur le responsable de l'établissement, le médecin-major Carton. Engageant la conversation avec lui, elle découvre que le médecin militaire, qui est aussi archéologue à Carthage, connaît très bien Pierre. Il a en effet beaucoup discuter avec lui d'archéologie, passion qui les a rapprochés. Le docteur Carton l'a emmené visiter les chantiers de fouilles qu'il mène à Carthage quand il ne s'occupe pas de ses convalescents à l'hôpital, tandis que Pierre lui a fait part d'une petite découverte qu'il a faite aux Dardanelles... une plaquette de plomb portant des inscriptions en grec ancien... Madeleine est tout de même une nouvelle fois déçue en apprenant que Pierre a déjà quitté cet hôpital de Carthage... Arrivé là en fin de convalescence, il y est en effet resté moins d'une semaine et il n'a jamais eu connaissance du télégramme de Madeleine. Ils se ratent encore une fois à quelques jours d'intervalle. Elle apprend que Pierre a été réincorporé au 4e R.Z. dont le dépôt est la caserne Saussier à Tunis même. Elle quitte immédiatement Carthage pour prendre le premier train pour Tunis afin de rejoindre la caserne aux alentours de midi.
Carthage vers 1900, vue vers La Goulette (Wikimedia Commons - Profburp)

Là, elle se présente au portail de la caserne et demande aux plantons qui y montent la garde de pouvoir rendre visite à Pierre Lacourt. Ceux-ci sont goguenards et peu coopératifs. Ils lui font savoir qu'en tant que civile non autorisée, elle n'est pas censée pouvoir pénétrer dans la caserne. Ils ne semblent pas connaître Pierre, arrivé tout récemment au sein du régiment. Devant son insistance, l'un d'eux finit toutefois par se décider à chercher un officier qui puisse éventuellement l'aider. Madeleine reste seule un moment avec l'autre soldat, ce qui la met mal à l'aise, d'autant que celui-ci cherche à faire la causette avec elle... Heureusement pour elle, l'autre planton revient rapidement accompagné d'un officier. Un sous-lieutenant, très courtois, qui s'avère bien connaître Pierre. Il l'a en effet côtoyé pendant sa convalescence, revenant lui-même de blessure. Madeleine en est ravie, mais elle déchante une nouvelle fois en apprenant que Pierre est parti en permission dès son arrivée à la caserne. Il a en effet bénéficié de 10 jours de permission et le télégramme de Madeleine qui a fini par le suivre jusqu'à la caserne l'a encore raté de peu... il en résulte que Pierre ne sait pas que Madeleine est à Tunis et celle-ci ne sait plus du tout où chercher Pierre. 

Elle quitte l'officier et la caserne, désemparée. Où Pierre passe-t-il sa permission ? Est-il resté en Tunisie ? Est-il rentré en France ? Aurait-il tenté de la rejoindre à Alger ? Elle rentre à l'hôtel effondrée. Une fois calmée, dans sa chambre, elle se dit en y réfléchissant que Pierre était plus probablement resté à Tunis ou dans les environs. Elle décide d'aller se restaurer et retourne à "La Maison Dorée". 
Cathédrale St-Vincent de Paul de Tunis
au début du XXe siècle
(Wikimedia Commons - voila.fr)
 

Après son repas, elle n'a toujours pas la moindre idée quant au lieu où pouvait se trouver Pierre. Quittant la brasserie, elle décide d'errer un peu en ville, passe devant la résidence générale, puis devant le théâtre municipal à l'architecture art-nouveau très élégante. Elle se rend dans la cathédrale St-Vincent de Paul afin de s'y recueillir un peu et de brûler un cierge dans l'espoir de retrouver Pierre. Quittant cet édifice de style romano-byzantin, elle marche un moment sur l'avenue de France et a soudain une intuition : Pierre étant féru d'archéologie, il y avait des chances qu'il ait prévu d'effectuer des visites en lien avec cette passion. Ecartant rapidement Carthage, elle opte pour le musée du Bardo et prend le tramway pour rejoindre ce palais situé à l'ouest de la ville. 

Madeleine y découvre un musée magnifique richement décoré et aux collections superbes de mosaïques et de sculptures. Elle parcourt plusieurs fois les différentes salles et patios d'exposition dans l'espoir de croiser enfin Pierre, mais elle doit finalement se rendre à l'évidence : son amour n'est pas au musée. Elle est désemparée et pleure de dépit un long moment dans une salle, assise par terre contre un mur, au pied d'une statue. Une fois apaisée, elle retourne à l'hôtel avec le faible espoir d'avoir des nouvelles de Pierre. Peut-être était-il repassé par la caserne et avait-il eu vent du passage de Madeleine ? Cette dernière avait indiqué à l'officier le nom de l'hôtel où elle était descendue. Peut-être lui avait-il laissé un message à la réception ? Ou présent en chair et en os ?
Palais du Bardo vers 1900 (Wikimedia Commons)

Il est tard lorsqu'elle arrive à l'hôtel Salammbô et le miracle se produit lorsqu'elle vient récupérer sa clé à la réception : un télégramme de Pierre, reçu dans l'après-midi, l'y attend. Il lui annonce qu'il est à Alger jusqu'au 2 janvier et lui  demande de vite revenir, il lui dit enfin qu'il l'aime. Madeleine est aux anges, elle se rend immédiatement à la gare pour réserver un billet pour Alger puis file à la poste principale pour télégraphier à Pierre qu'elle arrivera le lendemain soir et de ne plus bouger d'ici-là. 

Ayant parcouru tout Tunis et ses environs à la recherche de son amoureux, Madeleine allait finalement le retrouver à Alger, son point de départ...

A bientôt.

Olivier.


      

dimanche 11 décembre 2016




Rendez-vous à Salonique pour la Noël... 1915 !  




Un post de saison pour conclure l'année sur le blog des "Icônes de Sang" puisque ce nouveau billet revient sur un chapitre du deuxième tome qui se situe le jour de Noël ! On y retrouve le capitaine Saudal qui profite de cette occasion particulière pour découvrir plus en détail la ville de Salonique. Il cantonne a proximité depuis plusieurs semaines, en ce mois de décembre 1915, mais il n'a jusqu'alors jamais eu l'opportunité de vraiment parcourir la ville. Suivons-le, il va y vivre une expérience très étrange...

Ce chapitre, intitulé "Un Noël à Salonique", démarre le 24 décembre 1915 et nous projette aux côtés du capitaine Saudal. Son régiment, comme le reste des troupes alliées, s'est replié dans la région de Salonique suite à la désastreuse campagne de Serbie de l'automne. Il est basé dans le camp de Zeitenlik, au nord-ouest de la ville, lequel a été récemment installé dans une zone inhabitée, sans arbres, bosselée et assez marécageuse... 
Réfugiés serbes dans l'étendue du camp de Zeitenlik en décembre 1915,
photo tirée du journal Le Miroir (Wikimedia Commons)


Saudal, en cette veille de Noël, quitte cet improbable camp - qui deviendra le principal QG allié d'Orient jusqu'à la fin de la guerre - en fin de journée en compagnie d'autres officiers français. Ils se rendent à Salonique afin d'assister à la messe de minuit au sein de l'église franque de la ville. Le capitaine se rend ainsi dans la vieille ville pour la cérémonie religieuse. 

Après l'office, le froid et l'ambiance un peu morne de la ville le pousse à rentrer au camp, mais il se promet de revenir le lendemain pour visiter la cité en profitant de la journée. Il rentre ainsi à Zeitenlik et passe le reste de la soirée de Noël en compagnie de ses hommes.  Tard dans la nuit, il finit par regagner sa tente pour se coucher. Avant de se mettre au lit, il s'adonne à son rituel habituel : celui de prendre le temps d'observer ses icônes byzantines qu'il possède depuis maintenant plus de cinq mois et qui l'obsèdent toujours autant... 
Groupe de soldats de l'Entente reflétant la diversité des troupes présentes à Salonique :
indochinois, français, sénégalais, britannique, russe, serbe, italien, grec, indien...
(Wikimedia Commons - MaiDireLollo)

Le lendemain, après le repas de Noël au mess, Saudal retourne à Salonique. Il y va non accompagné, en quête d'un peu de solitude. Après avoir traversé les faubourgs situés au nord-ouest de la ville, l'officier pénètre dans la cité ancienne. A la faveur du jour, il y découvre une ville plus animée que la veille au soir et une architecture variée, avec notamment les nombreuses mosquées transformées en églises pour la plupart depuis la fin de la domination ottomane en 1912. Il découvre surtout le caractère très cosmopolite de la population occupant la cité. Outre les militaires des différentes troupes représentées (Britanniques, Français, Sénégalais, Maghrébins, Serbes ou Grecs notamment), Saudal remarque que les Saloniciens sont répartis en différentes communautés : Grecs, Slaves, Juifs, Arméniens auxquels s'ajoutent de nombreux réfugiés ayant fui les zones de combat en Macédoine ou ayant, pour quelques Arméniens en petit nombre, réussi à échapper, après un long périple hasardeux, aux massacres perpétrés contre eux en Anatolie depuis le mois d'avril. Cette variété témoigne de la riche histoire de la ville autant que du caractère universel et international pris par cette guerre. 
Rue principale de Salonique en 1916 (Wikimedia Commons - H Charles Woods)
Vue générale de l'Heptapyrgion prise depuis le sud-est en février 2003
(Wikimedia Commons - Marsyas)

Après avoir visité le coeur de la ville, le capitaine se rend sur les hauteurs. En particulier aux pieds de l'Heptapyrgion, un vieux fort qui domine la ville, au nord-est, depuis des siècles et qui sert alors de prison. Une fois parvenu jusque-là, il s'y arrête un moment pour profiter du panorama en se grillant une cigarette. Il admire longuement la rade de la ville et aperçoit les innombrables navires alliés qui occupent le Golfe Thermaïque et qui viennent approvisionner sans cesse les troupes réunies dans la région. Le temps est gris et les nuages empêchent de voir le détail des côtes plus au sud et notamment le Mont Olympe. 
Vue de l'église Aghios Nikolaos Orphanos,
prise en 2007 (Wikimedia Commons - Buchhändler)

Une fois lassé de ce paysage, il regagne la ville basse par la partie orientale de la cité en empruntant à cette occasion des ruelles en pente, sinueuses et étroites. Il passe ainsi à proximité de quelques églises, comme celle de Saint Nikolaos Orphanos du début du XIVe siècle, ou de quelques monuments, comme la Rotonde Saint-Georges ou l'Arc de Galère, ainsi que des principales basiliques de la ville comme celles de Sainte Sophie et de Saint Démétrius. 

Vue arrière de la Basilique Sainte-Sophie de Thessalonique prise en 2007 

(Wikimedia Commons - Geraki) 

Déchargement d'une pièce d'artillerie britannique
de plusieurs tonnes au port de Salonique en avril 1916
(Wikimedia Commons - Tirée de "Lecture pour Tous" du 15 juillet 1916)
Il finit par arriver sur les quais du port, où il observe les déchargements incessants de vivres et de matériels divers. Tout est orchestré en un ballet incroyable de manoeuvres et de débarquements spectaculaires. Il se pose notamment devant le levage d'impressionnantes pièces d'artillerie que l'on sort des entrailles d'un navire qui vient d'accoster. 

Portrait du Sultan Bayezid II (1447-1512)
(Wikimedia Commons - Belli Degil)

Quittant cette scène, Saudal retourne ensuite dans la ville et s'engouffre dans le quartier jouxtant le port. Une partie de ce quartier est essentiellement habitée par la communauté juive de la ville. Saudal y entend parler un dialecte à consonance espagnole. La plus grande partie de la population juive de la ville est en effet issue des Juifs d'Espagne expulsés en 1492 par les inquisiteurs de la Reconquista et qui furent accueillis par le sultan Bayezid II leur offrant asile dans l'empire, en particulier à Salonique. 

Les ruelles de ce quartier rappelent l'atmosphère de Grenade ou de Cordoue, mais cette impression s'estompe très vite pour Saudal... Passant près de la porte d'un immeuble ancien, il est soudainement saisi de profonds vertiges... et des voix d'inconnus, dans sa tête, l'appellent et il entend également des chants. Ceux-ci sont semblables à ceux qu'il entend lors de ses cauchemars à répétition. Ce sont des voix monastiques byzantines. Elles lui parvenaient désormais même le jour !
Vue de la Tour Blanche de Thessalonique
prise en juillet 2009
(Wikimedia Commons - Alexander Klink)

Paniqué, il prend sa tête entre les mains pour se boucher les oreilles, mais sans effet... Les voix continuent à se faire entendre. Il s'enfuit en criant, étonnant les passants, et revient jusqu'au port où les voix progressivement disparaissent. Sonné par cette mésaventure, il met un moment à retrouver ses esprits. Le moral miné, il erre alors un instant sur les quais, descendant sur le front de mer en direction de la Tour Blanche, vestige de ce qui fut jadis l'enceinte ottomane de la ville. L'air marin l'aiderait à se calmer se dit-il, mais il n'arrête bien-sûr pas de penser à ce qu'il venait de vivre. 

Il songe un moment à se débarrasser de ses icônes - il sent bien qu'il y a un rapport entre ces événements et celles-ci - en les vendant au plus vite à des trafiquants locaux ou à un officier britannique par exemple, mais il revient finalement à son idée première : celle de les ramener en France et de les revendre avec l'aide de son frère, marchand d'art véreux sévissant à Paris. Solution qu'il estime plus profitable financièrement... C'est sur cette cupide résolution que se terminent ce post et ce chapitre.

A bientôt et joyeux Noël...

Olivier.